The Original Condom from France, ou comment changer l’image du préservatif…

Depuis un peu plus d’un an, Charles-Emmanuel de Bourbon Parme (l’un des nombreux descendants de Louis XIV portant le titre de Prince) et Gil de Bizemont ont créé The Original Condom Company, une entreprise de fabrication et de distribution (exclusivement aux Etats-Unis pour le moment) de préservatifs conditionnés en écrin de luxe sous le nom accrocheur de Original condom of Condom, France.

Amis d’enfance, ils souhaitent à travers ce projet commun « changer l’image du préservatif, en apportant de l’élégance, de l’humour, un soupçon de french touch à un produit très conventionnel, qui la plupart du temps reste caché… » Et, il semble que leur produit from Condom, France remporte un vif succès outre-atlantique.

Pour pouvoir surfer sur l’image glamour de la France, sur l’authenticité de ses produits et, plus généralement, sur la culture française, les deux associés ont même été jusqu’à fixer leur siège social en France, et plus précisément à Condom (Eh oui, cette ville existe vraiment et elle est située dans le Gers).

« Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le Gers çà leur parle, par l’Armagnac, d’Artagnan, le foie gras… Le produit a créé un buz énorme aux USA mais on ne pensait pas que cela s’étendrait au-delà de New-York et de la Floride », précise Gil de Bizemont aux journalistes qui l’interrogent.

Mais, ils étaient loin de penser que cette décision allait, non seulement, les faire connaître au Grand Journal de Canal Plus (émission diffusée le 06 janvier dernier), mais également, prolonger le buz américain jusque dans l’Hexagone.

« Depuis, tout le monde en parle mais nous ne l’avons pas cherché. Nous ne voulons pas créer de confusion. Il n’y a jusqu’à présent que notre siège social à Condom. Nous menons simplement des négociations pour récupérer à terme le local en rez-de-chaussée de notre bureau pour y implanter une boutique, plus tard. Mais nous n’avions prévu cette ouverture que pour fin 2011, début 2012. Actuellement, nous n’avons d’ailleurs pas de stock en France » précise-t-il encore.

Et d’ajouter : « Nous proposons un produit classique, un peu luxe, une image que véhicule la France. Après, c’est comme Hermès Paris, on sait bien que les articles ne sont pas fabriqués à Paris. D’ailleurs nous ne mentons pas au client car nous ne cachons pas que nos produits sont fabriqués en Malaisie. »

Surpris que le nom de la ville serve à commercialiser des préservatifs produits en Asie, le maire a saisi l’avocat de Condom afin de défendre les intérêts de la commune. Selon les premières recherches des services juridiques de la Ville, encore à vérifier, « on ne pourrait utiliser le nom d’une commune que si le produit est fabriqué, assemblé ou transformé dans la commune ».
Affaire à suivre donc… Pour mémoire, je vous rappelle que 12 milliards de préservatifs se vendent chaque année dans le monde.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail