Sortie en salles le 19 janvier 2011 : Gigola, le plus équivoque des gigolos

Gigola, curieux comme terme me direz-vous… Non pas tant que ça finalement car c’est tout simplement le féminin de Gigolo. Eh oui, pourquoi cette façon de vivre serait-elle exclusivement réservée aux hommes après tout ? Et voilà le thème du film de Laure Charpentier posé. Bon, l’intrigue est un peu plus complexe que ma définition ne le laisse supposer…
Sorti au cinéma le 19 janvier dernier, ce long métrage est adapté de son roman, longtemps frappé de censure à cause des scènes érotiques qui s’y trouvaient, et de fait, interdit à la publication jusqu’en 2002.
Alors qui est Gigola ? C’est George, une jeune femme des années 60 très attirée par les femmes, de préférence riches et belles, qui porte les cheveux courts, s’habille en homme, ne sort que la nuit et fréquente assidûment les bars et cabarets homosexuels de la capitale française. Poussée à cette vie de luxure après le suicide de son grand amour, la jeune femme passe donc son temps entre les femmes qui l’entretiennent et le célèbre cabaret lesbien de Pigalle, Moune.
Lou Doillon y interprète le rôle de ce romanesque dandy au féminin, portant ainsi à l’écran des amours peu présents dans le panel cinématographique français.

Pour plus d’infos, connectez-vous sur le site du Journal de Gigola. Attention, le film n’est diffusé que dans une dizaine de salles seulement. Pour ceux qui ne pourraient pas aller le voir, il leur faudra attendre sa sortie en DVD (courant juillet peut-être ?…).

Pour voir la bande annonce, c’est juste après.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail