« Sexo en piedra » : la sexualité de nos ancêtres à la préhistoire enfin dévoilée en Espagne du 23 septembre au 08 décembre 2010

Atapuerca est un immense site préhistorique regorgeant de pièces capitales à la connaissance des ancêtres de l’Homo Sapiens mis à jour au début XXème siècle dans le Nord de l’Espagne. Il est  inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2000.

Atapuerca est également une fondation qui a organisé et inaugurera fin septembre 2010 une exposition unique en son genre intitulée « Sexo en piedra » qui signifie littéralement « Sexe sur Pierre« .

Il s’agit de présenter pour la première fois au public, et sans fausse pudeur, une quinzaine de dessins représentant des scènes clairement érotiques gravées dans la pierre entre 35.000 à 10.000 ans avant notre ère (Paléolithique supérieur, période où l’Homo Sapiens est arrivé en Europe).

Marcos García Díez, l’un des deux commissaires de cette exposition, évoque la polémique qui a due entourer la découverte de ces pierres dans les années 30 :

« Les rapports scientifiques évoquant ces dessins étaient toujours très aseptisés, éminemment descriptifs. Vous les imaginez décrire en 1930 ou 1960 les scènes apparaissant sur ces plaques ? Ils se sont cantonnés pendant longtemps à observer la société d’il y a 35 000 ans à travers un prisme prude. Mais nous découvrons aussi un monde percevant le sexe comme un plaisir. Il existe ainsi une gravure sur une plaque de pierre montrant une femme à quatre pattes devant une personne. Et, chose très rare, une autre personne en retrait semble les observer. Nous n’avons connaissance que d’une scène de ce type, nous ne pouvons donc pas affirmer que le voyeurisme était répandu, mais il semble bien qu’il ait existé. »

Face à ce nouveau regard, il se souvient de son enthousiasme :

« La sexualité liée au plaisir, à la sensualité et non à la seule reproduction existait déjà il y a entre 35 000 ans et 10 000 ans. Les bases de notre comportement sexuel actuel se trouvent à cette époque. »

Des godemichés en os ou en pierre polie ont été retrouvés dans cette zone archéologique très importante (la deuxième d’Europe). Autant dire que la culture du plaisir sexuel, que l’on a souvent associé à une forme d’évolution sociale, semble bien avoir eu un peu plus d’avance qu’on ne le pensait !

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail