Sexe, pouvoir et relations amoureuses

Une étude récente menée par Christine Stanik, une chercheuse travaillant à l’université du Michigan nous révèle que hommes et femmes ont un comportement radicalement opposé lorsqu’il s’agit de rechercher l’âme sœur après une séparation.
Ainsi aux yeux des hommes, les femmes qui ont été à l’initiative de la rupture de leur précédente relation sont moins attirantes que celles qui se sont faîtes plaquer. A l’inverse, les femmes préfèrent les hommes qui se sont séparés de leur propre initiative que ceux qui ont été quittés par leur ex.
Christine Stanik explique son étonnement, et celui de ses collègues, en découvrant ces résultats : « Nous nous attendions à ce que les hommes comme les femmes témoignent plus de sympathie pour celui qui interrompt une relation, parce que cela lui confère un meilleur statut, de plus grandes attentes, du pouvoir« . Mais tel ne fût pas le cas…
Les scientifiques nous expliquent que les femmes, bien que pétries d’idées féministes, attendent inconsciemment que l’homme se comporte en mâle dominant, et donc, que ce soit lui qui prenne l’initiative de la rupture alors que les hommes attendent des femmes une attitude plutôt « soumise » (attention, cette pension n’est pas forcément consciente). Dans ce contexte, les femmes qui prennent l’initiative de la rupture sont perçues comme capricieuses ou trop puissantes.
Ainsi, les femmes se sentent rassurées par un homme qui rompt car il se prend en charge et les homme stabilisés par une femme qui s’est faîte plaquée car le risque leur semble moins grand d’être plaqués à leur tour…
Donc l’amour est une subtile alchimie entre sexe, pouvoir et relations amoureuses…. Attention, de ne pas généraliser cette étude aux aventures sans lendemain car elle a été menée dans le cadre d’une recherche d’une relation de couple stable.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail