Prof d’éducation sexuelle et acteur porno

En août dernier, la presse anglaise s’est emparée de l’histoire peu banale de ce professeur d’éducation sexuelle qui arrondissait ses fins de mois en tournant des vidéos pornos.
La mise à jour de sa double vie a fait scandale et il s’est retrouvé dans la même situation que Jessie Lunderby, dont je vous parlais récemment.
Découvert sur le net par quelques uns de ses élèves dans des positions jugées peu acceptables pour ses supérieurs hiérarchiques compte tenu de sa mission, Benedict Garrett s’est retrouvé immédiatement mis a pied le temps d’enquêter sur ses activités extra-scolaires.
Interrogé par le journal anglais The Sun, l’enseignant a déclaré : « C’est quelque chose que je fais dans ma vie privée, qui ne va pas à l’encontre de ce que j’enseigne aux enfant. Et d’ajouter « Il y a beaucoup de voies plus immorales pour gagner de l’argent comme ces avocats qui défendent les pédophiles ou encore tous ces banquiers qui ont abusé de la faiblesse des gens ! »
En outre, il a révélé au journal qu’il avait débuté sa carrière d’acteur porno lorsqu’il était étudiant en commençant par devenir stripteaseur car chaque prestation lui rapportait 300 £.
Alors que doit-on penser de ces activités liées au sexe face aux obligations professionnelles des personnes qui les pratiquent ? Ces pratiques sont-elles explicitement  interdites dans leur contrat de travail ? Si oui, pas de problème. Mais si non, qui va gagner ? Le droit ou la morale ?

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail