Peut-être une candidate transsexuelle aux élections présidentielles 2012 ?

Le 10 mai dernier, Avenir 2012, un nouveau parti politique de centre gauche voit le jour. A sa tête, y est nommée une femme, Brigitte Goldberg,  qui compte se présenter aux prochaines élections présidentielles.
Mais comme il se trouve qu’elle est transsexuelle, les journalistes ont cherché à comprendre si ce parti était un vrai parti politique ou s’il avait comme seule vocation, celle de représenter la minorité transsexuelle.
Très sûre d’elle, la Présidente s’est empressée d’expliquer que ce n’était pas le cas :
« Ce n’est pas un parti transsexuel mais le premier parti politique dirigé par une dirigeante transsexuelle. Nous ne prétendons pas représenter la communauté LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) dans son ensemble. »
Cependant, lorsque les journalistes l’interrogent sur la question des 500 signatures, elle répond :
« On va bien sûr essayer de réunir les 500 signatures. En tant que structure importante de la collectivité LGBT, nous comptons sur les différents collectifs LGBT intercèdent auprès des mairies, dont certaines témoignent d’une franche sympathie à l’égard de nos combats, à l’image de la maire de Montpellier, qui a marié symboliquement un couple homosexuel….. Nous faisons confiance au maillage LGBT, très souple et bien réparti sur le territoire, pour remplir cet objectif. Quantitativement, c’est réalisable. La question géographique nous effraie plus, puisqu’il faut que les signatures soient réparties sur au moins 30 départements. »
Alors, parti des transsexuels ou parti de centre gauche ? Opportunisme ou véritable défi politique ?
A vous de juger… en allant consulter les éléments de leur programme.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail