Miss SDF contre Miss chirurgie plastique

Toute la Belgique ne parle que de ça : le pays possède depuis ce week-end la première « Miss SDF » du monde. Thérèse Van Belle, 58 ans, a remporté samedi le titre face à 9 autres candidates, et nul doute qu’elle saura l’apprécier à sa juste valeur puisqu’il lui va lui permettre de bénéficier d’un appartement tous frais payés durant un an. À l’issue de cette année, elle ne sera cependant pas laissée seule, puisque le programme comprend une aide à la réinsertion professionnelle, pour elle comme pour les autres candidates.
L’objet du concours, ouvert en février de cette année, avait choqué les organisations d’aide aux sans-abri qui se sont empressées d’y voir une exploitation de la misère et une atteinte à la dignité des personnes précaires. Le gouvernement ne s’est pas non plus gêné pour apporter son grain de sel ; la secrétaire d’État à la lutte contre la pauvreté avait alors parlé de  Star’Ac de la misère. Mais qu’importe la polémique : cet hiver, Thérèse passera l’hiver au chaud.
Plus à l’est, en Hongrie, une élection d’un tout autre genre s’est déroulée ce week-end puisqu’il s’agissait cette fois d’élire Miss Chirurgie Plastique. Toutes les femmes âgées de 18 à 30 ans pouvaient s’inscrire, à une condition cependant : avoir subi une opération de chirurgie esthétique (le botox ne compte pas). Pour justifier l’organisation d’un tel concours, le comité a déclaré avoir souhaité changer le regard des gens, souvent plein de préjugés, sur les femmes adeptes de la chirurgie esthétique, et montrer que non, avoir des seins en silicone ne transforme pas une femme en poupée Barbie. Un essai peu concluant :
[dailymotion width= »650″ height= »490″]http://www.dailymotion.com/video/x8hvze_miss-sdf-belgique-suscite-des-quest_news&feature=player_embedded#![/dailymotion]

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail