Licenciés, les employés de l’usine Chattofeaux-et-Maury posent nus pour médiatiser leur combat

« Je suis arrivé à l’usine sans rien, je repars à poil » : ce slogan, c’est sur le calendrier incluant des photos des licenciés de l’usine Chaffoteaux-et-Maury qu’on pourra le lire prochainement.
Crise oblige, Chaffoteaux-et-Maury, fabriquant de chauffe-eau et chaudières, a en effet supprimé cette année 207 postes sur les 251 que comptait l’entreprise.
Mais les salariés, mis à la porte après parfois plus de 30 ans de bons et loyaux services, ne comptent pas en rester là et espèrent bien que leurs dirigeants mettront la main à la poche lors de leur départ, à défaut de pouvoir leur proposer une solution de reclassement.
Alors pour faire parler d’eux ils ont choisi, en plus du blocage de leur usine, de poser nus pour un calendrier. Ils espèrent ainsi médiatiser leur cause mais aussi transmettre un message fort à leur patron qui, une fois le calendrier édité, « pourra chaque mois voir en face quelqu’un qui est vraiment un homme et qui n’est pas qu’un ouvrier non plus ».
En plus du calendrier, les licenciés de Chaffoteaux-et-Maury ont également composé avec l’aide du père de la chanteuse Yelle un hymne syndicaliste qui devrait être prochainement disponible en CD single.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail