Les récits érotiques de Vanessa (21) : Un orgasme incroyable

Plongeons-nous encore une fois dans l’album intime de Vanessa. Ah, tiens voilà une histoire où elle est en scène avec Thierry pour de nouvelles expériences sexuelles. Il n’y a pas à dire ses récits érotiques sont tous plus torrides les uns que les autres. Alors, maintenant la suite…

Offerte pour une sodomie torride

Il me félicite pour le choix de mes dessous qui dévoilent plus qu’ils ne dissimulent mes seins et mon sexe : il s’agit d’une nuisette noire transparente assortie à un string ouvert là où il faut. Mes baisers recouvrent son torse nu, remontent de sa nuque sur sa joue puis sa bouche, nos lèvres se scellent, nos langues se mélangent. Une de mes mains glisse le long de son corps, ouvrant son pantalon qui tombe le long de ses jambes. Il ne porte pas de slip. Sa respiration devient de plus en plus bruyante et profonde, son corps vibre à chacune de mes caresses. D’un signe, je suis courbée sur le canapé dans une position d’offrande sans équivoque. Je sens à ce moment là à quel point il a envie de moi. Je me soumets à son regard qui s’impose impudemment. Il appuie d’une main sur le bas de mon dos pour accentuer ma cambrure. Le mouvement dévoile encore plus largement mon anus et les lèvres de mon sexe ouvertes et luisantes. Je suis ouverte et excitée. Je sens un désir irrépressible croître en moi. Il passe furtivement un doigt dans mon sexe et pince mon clitoris. Je sursaute  tant je suis dans l’attente.
C’est avec lubricité qu’il m’explique ce qu’il compte me faire subir. Tout en parlant, il se masturbe sur ma croupe. Je lui offre mes reins. Il frotte le gland sur les globes fessiers. Je me laisse faire, je ne bouge pas. Je laisse un désir brutal s’emparer de moi. Oubliant toute pudeur, je m’ouvre toute entière. Je suis dans l’attente fiévreuse de son entrée en moi. Les mains solidement arrimées à mes hanches, il me pénètre violemment, le voilà très vite au fond. Il s’arrête un instant comme pour ne pas jouir trop vite puis me besogne lentement, puis de plus en plus vite. Chaque mouvement fait ressortir le gland épais avant de replonger plus loin. Mes tétons durcissent. De nouveau, je le sens glisser entre mes reins doucement puis un peu plus rapidement… Je  sens son souffle chaud s’accélérer…Il accentue encore un peu plus ses mouvements… Plaisir et douleur se mélangent puis tout n’est plus qu’extase. Je l’accompagne dans ses coups de butoirs. Alors, je crie : « Oui, je te sens bien au fond ! Plus fort, vas-y, laboure-moi ! Je suis une traînée qui aime le sexe ! » Ses testicules claquent sur mes fesses. Les mots n’existent plus, je ne les entends plus. Au comble de l’excitation, je jouis au milieu de spasmes musculaires infernaux.

Son sexe sur ma vulve en feu

Il ne me laisse pas reprendre mes esprits. Au lieu de se laisser aller à l’orgasme, il stoppe net. Quelques mouvements de langue sauvages puis il me fixe vicieusement. Il est un mâle en rut résolu à ensemencer sa femelle. Je suis une femelle en chaleur qui invite le mâle à la saillir. Lorsqu’il se décide à me pénétrer de nouveau, je pousse un long gémissement, je feule de plaisir. Il enfonce son dard, lentement, profitant de chaque centimètre de mon sexe brûlant et humide. Une fois entièrement enfoncé, il demeure sans bouger à profiter de ce moment délicieusement pervers. Je caresse fortement mon clitoris. Après un court moment, je ressors mon doigt et le porte à ma bouche puis à la sienne. Quel délice ! Je suis toujours en position de  levrette. J’en profite pour me malaxer les fesses, les seins, pinçant délicatement les tétons gonflés, tirant même un peu dessus. Il se retire et m’embrasse le dos, la colonne vertébrale, la nuque, les épaules. Il approche son sexe  de ma vulve et sans ménagement, me pénètre d’un seul coup et profondément.
Je crie, puis je gémis. Mon souffle se précipite, s’accélère. Le plaisir monte. Sa verge est comme un marteau-piqueur. J’ai la sensation d’être emportée par une vague continue de plaisir et de désir. Un désir lancinant si fort que je suis dans l’incapacité de faire taire et encore moins de contrôler la jouissance qui m’envahit. Je crie, je hurle, je jouis de nouveau. Dans  le feu de l’action, il se met à me claquer les fesses tout en m’insultant. J’adore quand il me chevauche ainsi. La violence de ses coups de reins m’arrache des cris aigus qui le font exulter. Enfin, il se fige en moi et se laisse aller à un puissant orgasme.  « Oh que j’étais bien au chaud dans cette vulve que je martyrisais à chaque coup de reins » susurre Thierry. Il s’est alors effondré sur moi. Nous voilà haletants, le corps recouvert de sueur. J’ai eu plusieurs orgasmes alors qu’il se déchaînait en moi. Je suis épuisée.
Les minutes s’écoulent silencieusement. Sa tête vient se poser sur mon épaule et je dépose de doux baisers dans le creux de sa nuque. Enfin, il me parle et m’explique d’un air mystérieux ce qu’il attend de moi pour notre prochaine rencontre…

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail