Les récits érotiques de Vanessa (34) : Première fois d’une amie

Dans ce récit érotique, Vanessa nous rapporte comment l’une de ses amies, de vingt son aînée, a vécu sa première relation sexuelle avec un bel asiatique de vingt deux ans. Elle nous raconte comment la jeune femme, sans aucune expérience, qui veut se faire passer  pour une femme libérée va se retrouver prise à son propre piège. Mais son partenaire aura vite fait de la percer à jour… avec beaucoup de tact et douceur toutefois !!

Première rencontre sexuelle

Une amie, âgée de plus de vingt ans que moi, me raconte sa première fois. A l’époque, elle vivait dans un quartier huppé du 7ème arrondissement de Paris mais fréquentait le quartier latin de temps en temps. Sans doute par provocation !! Car il n’y a pas si longtemps, le quartier Latin était aussi populaire et cosmopolite que le sont aujourd’hui les quartiers de Belleville et de Barbès.
Elle partageait son quotidien avec une sœur très intellectuelle plus jeune qu’elle, un père haut fonctionnaire et une mère artiste peintre un peu oisive. Celle-ci refusait au demeurant le rôle d’épouse, de maîtresse de maison et de mère que sa position de femme et les normes de la société de l’époque, faisait endosser aux femmes. D’ailleurs, un jour, elle quitta le domicile familial sans aucune explication. Mon amie ne revit sa mère que vingt ans plus tard. Son père tentait de compenser à sa manière le rôle de la mère. Pendant la période qu’elle partagea avec ce père devenu célibataire, ce ne fût que rappels des courses à faire, du chien à sortir, des poubelles à vider, des devoirs… Bref, une vie ordinaire jusqu’au jour où furieuse du refus de son père de la laisser participer à une soirée à l’âge très avancé… de 17 ans, elle se précipita chez sa meilleure amie, d’origine vietnamienne, qui vivait dans le quartier latin.
Dans les années 70, les « boat-people, » comme on les appelait, fuyaient le Vietnam et partaient retrouver leurs compatriotes déjà établis ailleurs. Le cousin de son amie était dans ce cas. A vingt-deux ans, c’était un beau jeune homme qui avait déjà acquis une sulfureuse réputation. Oscillant entre impudeur et audace, il aimait s’exhiber devant elle en slip. Et elle, aimait l’observer. Elle était d’autant plus attirée par lui, qu’à cette époque, les fantasmes étaient des secrets d’alcôves. De temps en temps, il lui arrivait de poser les yeux sur la bosse qui lui faisait tant envie. Elle était vierge et timide et se disait « pourquoi pas lui ? » Puis, elle se ravisait. Pourtant un jour où ils étaient seuls, il lui avoua son attirance pour elle. Il lui dit combien il aimait son côté aristo faussement coincé. Mais avant de sauter le pas avec elle il y mettait une condition. Il ne souhaitait pas que la femme avec qui il ferait l’amour soit soumise à ses seuls désirs mais cherchait plutôt une partenaire qui soit son égale pour entretenir des relations torrides et libérées. Elle accepta le challenge sans vraiment le comprendre compte tenu de son inexpérience.

Elle lui offre sa bouche encore vierge

Son père étant au travail et sa sœur chez une tante, elle profita de l’occasion pour inviter l’élu de son coeur chez elle. Ses sentiments à son égard étaient tels, qu’elle savait maintenant que ce serait lui son premier amant. Et la voilà face à lui, vêtue d’une simple nuisette et d’une culotte en coton. Elle donnait l’image une jeune femme libérée, du moins en apparence ! Mais au fond, elle se sentait très nerveuse malgré ses envies. En l’embrassant et en la félicitant pour sa superbe plastique, il laissa filer ses mains vers ses endroits les plus intimes : la main droite sous sur ses seins nus et la main sur son pubis légèrement poilu. Elle ferma les yeux et l’encouragea dans ses caresses. Son cœur battait à la chamade. Très fière, elle lui demanda de se mettre nu. Elle faillit tomber à la renverse quand elle vit l’engin qui se dressait fièrement. Il était court mais très épais. Timidement, elle le caressa, appréhendant le moment où il serait tout entier en elle.
Il lui enleva la nuisette, puis la petite culotte. Il l’allongea sur le lit et l’embrassa sur le corps entier. Sa bouche était chaude, ses caresses voluptueuses. Il lui offrit sa verge tandis qu’il s’occupait de son joli minou. Par instinct, sa langue tourbillonna sur les testicules puis le long de la hampe, encouragée par les caresses buccales que le jeune homme lui procurait. Elle s’approcha du gland où elle déposa un léger bisou. Elle finit par le prendre entre ses lèvres et l’introduisit dans sa bouche, tout en décalottant bien le gland. Elle se mit à le sucer comme un bâton de réglisse. Elle est encore aujourd’hui très friande de cette gourmandise. Pendant ce temps, il aspirait lentement son clitoris, mon dieu qu’elle aimait ça ! Elle affectionnerait qu’il ne s’arrête jamais. Elle s’activait sur son sexe afin de le faire jouir. Elle songeait qu’ainsi il ne la pénétrerait pas et il ne saurait pas qu’elle était vierge. Avant que son jus n’explose, il se retira et approcha son sexe du vagin de mon amie. Elle sursauta et lui avoua qu’il était le premier. Il répondu doucement et mystérieusement : «  Je l’ai toujours su. Tu m’as fait un merveilleux cadeau en m’offrant la virginité de ta bouche. Tu ne peux savoir à quel point ce fut un délice de subir de telles caresses buccales. Et puis quand tu as accompagné ta fellation de caresses sur mes cuisses et entre mes cuisses, c’était paradisiaque. La sève montait en moi mais je ne voulais surtout pas exploser dans ta bouche pour une première fois. » Il la caressa de longues minutes sans aucun rapport sexuel. Il lui proposa un second rendez-vous, puis un troisième. Au quatrième, elle devint femme, au cinquième, elle prenait des directives. Ils restèrent amants une année puis elle partit faire ses études à Londres. Elle ne l’a plus jamais revu.
Vanessa Cartier

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail