Les récits érotiques de Vanessa (24) : Il est mon objet sexuel

Depuis que vous suivez les récits érotiques de Vanessa, vous avez pu constater à quel point elle est complice avec Thierry, son amant. Vous avez dû constaté que souvent c’est lui qui prend l’initiative de pimenter leurs jeux amoureux. Eh bien, cette fois, il n’en est rien. C’est Vanessa qui mène la danse du début à la fin. Et, Thierry n’a plus qu’à bien se tenir. Alors, bonne lecture…

Surprise érotique

Allongé, tu attends, les yeux bandés, bâillonné, les pieds et les mains attachés aux barreaux du lit. Ton corps nu est soumis à ma volonté, à mes désirs les plus secrets, à tout ce que je n’osais te faire quand tu me contemplais. Te voici piégé. Une musique de fond se fait entendre, comme un  chant de débauche. J’aime les musiques qui dégagent un côté sensuel voir sexuel … Soudain, tu tressailles. Un fin tissu de soie vient de frôler ton ventre,  puis tes cuisses, qui ne peuvent s’empêcher de se crisper. A l’aide d’une plume, je te chatouille tes endroits les plus sensibles : la poitrine, le ventre, les cuisses, la plante des pieds, les flancs et les épaules.
Il te faudra encore attendre… Patienter… Mes cheveux glissent sur tes fesses, le long de ton entrecuisse, recommençant à t’exciter. Tes fesses se pressent l’une contre l’autre. Ton ventre se creuse d’impatience. Tu vas devoir deviner ce qui va t’arriver. Que vais-je donc te faire ? Me contenter de te caresser ? M’amuser à t’étonner ! Silencieuse, je tourne autour du lit situé au milieu de la pièce.  Cette fois ci, je sors mes griffes. Ta chair se creuse et mon ongle laisse filer une longue trace blanche puis rosée dans ta chair. Tu aimes cette forme de cruauté que tu ne soupçonnais pas en moi. Des ongles se posent sur ta chair, glissent sur tes pectoraux, descendent vers le léger bombé de ton ventre. Ta bouche s’entrouvre, je glisse un doigt et tel un phallus, je vais et je viens. Ton sexe se dresse, quémande mes caresses, mes lèvres, ma langue… Mais je ne suis pas pressée. Alors tu attends. Je te sais impatient de connaître encore d’autres sensations…

Jeux de glaçons

Je dépose sur ta chair palpitante quelque chose de froid, d’humide, qui roule par moment, quelque chose de frais qui descend le long de tes reins : c’est un glaçon. Je passe lentement  le bout de glace sur ton corps pour que cela fasse un effet de chaud et froid, je m’attarde sur tes mamelons  et sur ton ventre. Tu ne vois toujours rien et dois te contenter de tes autres sens pour essayer de deviner ce que je vais te faire subir. Ton sexe est  soudain devenu impatient. Je te fais une fellation avec un glaçon en bouche. Les variations de température t’excitent.
Puis ma langue glisse le long de la hampe dans de longs mouvements de va-et-vient. Quelques minutes suffisent et je m’abreuve à cette source imprévue pour calmer ce feu dévorant qui t’agite le bas ventre. Tu t’agites, remues doucement tes hanches, tu gémis. Tu es devenu mon esclave ce soir, en acceptant de devenir l’objet de mes désirs, les plus troubles, les plus fous en même temps. Car au cours de cette soirée que je veux inoubliable, tu ignores encore ce que je vais te faire subir… Tu vas connaître l’ivresse des sens. Je veux redonner vie à l’objet de mes fantasmes. Mes mains glissent le long de tes cuisses, te palpent, te griffent délicatement, t’arrachant d’innombrables soupirs.  Je te mords les testicules, je frappe ton sexe, je le malaxe, le caresse, il s’érige avec encore plus de force.

Profonde pénétration

Tu ne seras plus cette nuit, qu’un objet de plaisir brûlant, entre mes mains, tu ne seras qu’une simple verge  avide de plaisir entre mes reins. Un homme, dont je veux tirer infiniment  de plaisirs. Je commence à jouer avec mes doigts, j’enfonce un, deux, trois, qui  rentrent et sortent. J’enlève le bâillon. Tu es toujours attaché. Je me mets à quatre pattes en remuant les fesses, ta langue vient lécher mon petit trou puis, s’insinue le plus loin possible.  Mes cuisses se referment sur ton visage, toujours aveuglé par le bas qui masque tes yeux. Je frotte mon sexe humide  sur ton visage. J’appuie bien ta tête contre ma vulve, j’essaye de t’étouffer avec mes cuisses. J’adore !
Je m’assois sur ton sexe en lui tournant le dos. Je sais que cette position offre à mon homme un angle parfait pour la pénétration et une vue très excitante sur mes fesses et mon sexe. De plus, cette position permet une pénétration profonde et une bonne amplitude de mouvement.  D’un coup je m’empale jusqu’au fond, une légère douleur se fait ressentir.  A grand coup de rein, je me mets alors à faire du galop sur ton pénis. Je sens la sève monter. Je sens mon plaisir monter. De temps en temps je te caresse les testicules. Je crie de plaisir lorsque l’orgasme me prend. Comme je deviens toute tendue et tremblante, tu jouis en moi. Je sens ta semence dans mes entrailles.
Je te propose de poursuivre la soirée en savourant quelques mets et en buvant du champagne. Mais tu devra rester attaché…

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail