Les récits érotiques de Vanessa (64) : L’ombre d’un doute…

Dans ce nouvel épisode des récits érotiques de Vanessa, le couple s’adonne au triolisme avec un inconnu choisi par Thierry lui-même. Comme ses penchants pour les jeux de soumission et de domination sont importants, les deux compères vont tout faire pour la satisfaire au mieux. Apparemment, leurs approches sont plus convaincantes puisque la belle ne se contentera pas d’un seul orgasme…

Rituel érotique

Je retrouve l’inconnu choisi par Thierry, comme partenaire de nos fantasmes. Cette fois-ci, sa compagne n’est pas présente ce qui signifie a priori, pas de jeu saphique. J’ai toujours eu des pulsions d’exhibitionnisme et de voyeurisme dans la sphère privée. Je suis donc prête à leur servir de petite garce en chaleur, sans limites de leurs désirs et volontés. J’ai confiance en Thierry, mon compagnon, car il connait mes limites et les respecte. En les observant, je ressens le besoin impérieux d’être ouverte. Je connais ce partenaire de jeu sexuel. C’est une connaissance de mon homme. Ce qui est étrange, c’est que nous avons partagé ensemble plusieurs scénarios érotiques et qu’il ne me l’a jamais présenté. En présence de cet inconnu, je sais ce qui m’attend, et je n’ai jamais cherché à me dérober, à échapper à son emprise et à celle de mon homme. Je suis la propriété sexuelle de mon homme, tel est mon choix. J’aime quand les deux hommes s’attaquent à mes trois orifices, pour m’arracher des gémissements et des cris de jouissance, avant de souiller ma figure ou mes seins de leur jouissance.
Très vite nue, les deux hommes me demandent de marcher tout en volupté. Avec un léger déhanchement, j’arpente la pièce ce qui provoque le balancement de mes fesses et de mes seins. Aux commentaires graveleux des hommes, ma démarche profondément érotique, la finesse de mes chevilles, le galbe de mes mollets, la fermeté de mes cuisses et de mes jambes, les excitent. On m’ordonne de me mettre sur le dos sur le lit, offerte. Je ne serai cette fois-ci pas attachée. Mon compagnon s’occupe de mettre en condition ma chatte par de suaves léchouilles tandis que l’autre homme dirige son visage vers ma poitrine. Il me saisit les seins à pleines mains. Il semble avoir beaucoup de bonheur à les pétrir, longuement. Il attrape les tétons entre le pouce et l’index. Il les fait rouler entre ses doigts fins, les titille et les étire. De nouveau, il revient aux globes des seins, qu’il soupèse, qu’il palpe, qu’il flatte de la paume des mains, et les soupèse. Tout cela avec une grande douceur. Du bout du doigt, il parcourt le cercle de mes aréoles. Puis, il appuie fermement ses caresses provoquant un petit gémissement de douleur suivi d’un cri de plaisir. J’adore l’association douleur légère et plaisir intense. Je braille. Un feulement  modulé par le désir extrême d’être enfin prise. Quel magnifique gloussement érotique et charnel d’une femelle bramant son désir d’être saillie… Je ferme les yeux pour mieux apprécier, les sensations ont ainsi multipliées.

 Jeu glacé

Le jus sexuel qui englue ma  vulve s’écoule.  Mon homme tend son membre vers ma bouche tandis que l’inconnu ayant prestement enfilé un préservatif se glisse à l’intérieur de mon vagin. Les manipulations perversement adroites de ma chatte et de mes seins me conduisent au bord de l’hystérie. Je ne sais plus qui je suis, je tremble, je suis mouillée, j’ai mal au ventre tant mon plaisir est énorme.  Je suis nue devant ces hommes,  les cuisses écartées, je suis besognée,  la bouche pleine,  la tête révulsée. J’ai à la fois un sentiment d’avilissement devant cet inconnu mais aussi de grande fierté devant mon compagnon car, pour lui, j’obéis à mes  instincts de femelle en rut. Mes rondeurs fessières et mammaires émoustillent l’homme.  Je suis béante et scrutée. Soudain, il disparaît et revient avec des glaçons.
Les mains fraîches de l’homme caressent mon anus et rafraîchissent mon sexe. Une froideur humide m’envahit. Les sensations froides ne me laissent pas indifférentes. Alternant caresses de ses mains et celles à l’aide des glaçons, ou effleurement de sa langue, pression des cubes glacées, ma vulve est en fusion. Son pouce et son index pénètrent mon vagin trempé et d’un seul coup… il plante un glaçon puis deux. Le choc me fait tressaillir, mon corps s’arque vivement. Une forte chair de poule envahit mon épiderme et en même temps je me sens fiévreuse au niveau des seins, de l’anus et de mon minou. Très vite, les glaçons fondent tant je suis bouillante. Il titille en même temps mes petites lèvres en les étirant. Celles-ci gonflent de plaisir et deviennent très vite, très sensibles. Son pouce appuie sur mon bouton, ma perle est lubrifiée par ma cyprine. Il s’en délecte comme s’il s’agissait du précieux nectar et n’en perd pas une goutte. Pendant ce temps Thierry s’occupe de mes seins. Il y applique là aussi des petits blocs de glace puis remplace la glace aussitôt pas sa langue. La sensation est divine. Je ne sais combien de temps s’écoule, glaçons et coups de langues, je reçois. Je me sens dans un état second.
Soumise à la montée de l’excitation ultime, je devine que l’orgasme qui suivra sera puissant. Ce n’est pas un, mais plusieurs qui se succèdent. Les orgasmes me ravagent.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail