Les récits érotiques de Vanessa (13) : Vouée au plaisir charnel

Je sais que vous attendez toujours avec beaucoup d’impatience les nouveaux épisodes des récits érotiques de Vanessa !! Alors, en voici un. Retrouvez-la dans la douceur de son lit le dimanche matin. Elle est seule. Elle a envie de faire l’amour mais son Thierry n’est pas là pour satisfaire ses envies.  Viendra-t-il la rejoindre ? Allez, à vous de la découvrir…

Une pensée voluptueuse me réveille mais s’efface presque aussitôt de mon esprit, le monde des rêves est une énigme. J’ai dû rêver de lui si j’en crois l’humidité qui s’échappe de ma fleur. Le visage de cet homme se dessine alors dans mon esprit et me maintient totalement éveillée. Il est l’instigateur de ce réveil érotique. J’aimerais qu’il soit présent. Je le désire, j’ai envie de faire l’amour. Pourtant, je suis étendue là toute seule.
Lovée dans mon drap, couchée sur la poitrine, les coudes en avant, les jambes écartées et la joue dans la main, je referme un magazine. Je me  suis réveillée à neuf heures du matin et toute lasse d’avoir trop dormi en ce dimanche, me voilà seule, nue  sur le lit en désordre. J’ouvre alors un livre érotique prêtée par une copine et je découvre que le prince débute l’initiation du plaisir de la Belle qui dés lors n’aura plus l’autorisation de porter de vêtements. Excitant comme situation… L’auteure nous amène dans un monde très détaillé de fantasmes et de plaisirs mêlés. Ce roman peut déranger, moi il m’excite.
Mes mains s’étalent sur mes  jambes et montent de plus en plus haut jusqu’à mon nid d’amour puis redescendent pour mieux revenir à la charge. Dans cette histoire, tout n’est que châtiments sensuels, excitantes déchéances et plaisirs charnels. Mes mains se partagent à présent entre mes jambes et ma poitrine avec des glissades sur mon entre jambe.  C’est excitant. J’imagine, ces hommes et ces femmes assoiffées de sexe, caressant mon propre corps et mon  bas-ventre enflammé, mes jambes et ma poitrine avec des descentes sur mon pubis… je les vois, je les sens… Me voilà frôlant mes seins lourds, malaxant les pointes faute de ne pouvoir chatouiller d’autres cuisses, faute de ne pouvoir  pétrir une jolie verge.
Je me sens prisonnière de mon lit, esclave du plaisir de la chair. Ma main se dirige spontanément vers mon triangle du plaisir qui n attend que sa venue. Il n’y a que du bien  à se faire plaisir. J’aimerais me faire caresser par les personnages lubriques de l’histoire… J’écarte les jambes pour me mettre à mon aise… Un doigté raffiné s’infiltre dans ma vulve offerte et … je perds la notion du réel.  Mon clitoris m’inonde de bien être. La boule de plaisir est massée et malaxée à outrance.  Je me laisse envahir par une onde charnelle bienveillante. Mes  tétons pointent. Je connais si bien mon jardin secret… Maintenant,la Belleet ses compagnons découvrent les plus exaltés des plaisirs : cunnilingus, fellation, levrettes… A ces visions, j’éprouve des sensations étranges, voisines de la volupté. Je savoure ce plaisir solitaire. Je décide donc d’abandonner le livre afin de me rendre dans la salle de bain. Je fais couler un bain.
Je me savonne. J’en profite pour caresser chaque centimètre de mon corps que je recouvre soigneusement de mousse parfumée. Je dépose délicatement cette mousse onctueuse et douce sur mes seins. La sensualité est bien évidemment de mise dans mes gestes précis. Mes mamelons durcissent. Avec toute la volupté qui me caractérise, je me caresse l’intérieur des cuisses et des fesses. Le contact de mes mains m’excite encore. Sentir mon corps réagir à mes effleurements est un plaisir unique. Un plaisir solitaire certes mais merveilleusement agréable.
Je frôle à peine mon clitoris et mon anus. Juste ce qu’il faut mais pas trop. Un contact plus prolongé risquerait de me conduire à l’orgasme. Je veux prendre mon temps, laisser monter l’excitation, savourer cet instant de plaisir érotique puis profiter… de mon gode.
Je sors du bain, je choisis un godemiché de bonne dimension et m’installe face à un grand miroir qui orne tout un pan de mur de ma chambre. J’adore me regarder prendre du plaisir ! Alors, je me masturbe longuement et doucement en prenant bien soin de faire couler de l’huile sur le gode. Allongée, nue sur un tapis moelleux, les jambes ouvertes, j’approche l’objet sexuel de mon sexe et l’introduit lentement, doucement. Je ferme les yeux et je songe. J’imagine Thierry qui joue de sa langue sur mon corps, qui vient sucer mes tétons alors je les pince plus vite, plus fort. Mes cuisses s’écartent encore plus. Mon sexe est particulièrement humide. Mon sex toy se fait explorateur, mon ventre d’abord, puis mes cuisses, il passe de façon furtive sur mon sexe sans s’arrêter, puis délicatement il se fraie un chemin entre mes lèvres.  J’alterne des caresses sur celles-ci et sur mon clitoris. Ma respiration se fait haletante.
Puis tout va très vite, l’envie se fait insoutenable … ma main gauche caresse mon sein avec impatience, ma main droite enfonce le gode  jusqu’à atteindre le paroxysme du plaisir. Pourtant, malgré mon excitation, la jouissance tarde à venir … Ma vulve se dilate et demande une pénétration. Vite, je me redresse, je m’agenouille, je me caresse, je fais de grands va-et-vient qui stimule très bien mon point G. Le plaisir ne tarde pas à monter en puissance, réchauffant l’intérieur de mes cuisses, tendant mes seins, crispant mon ventre, cambrant mes reins, faisant palpiter mon anus et couler ma vulve.  Je ne tarde pas à exploser dans un orgasme que j’augmente encore par des mouvements plus intenses sur mon clitoris. Me voilà prise dans une chevauchée aussi sensationnelle que jouissive.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail