Les love hotels japonais résistent à la crise

Le blog d’Union n’est bien entendu pas DU TOUT le lieu pour parler de la récession économique mondiale. Et pourtant… Le sexe fait vendre, le sexe enrichit, le sexe fait rêver et donne l’occasion aux marchands du temple de se faire des pépètes grâce à nos besoins naturels.
Le Japon en offre un bel exemple. Depuis le début de la crise, ce pays très riche a beaucoup perdu de sa superbe, avec augmentation du chômage et pire, risque de déflation. Dans ce contexte, les grands secteurs économiques souffrent tous. Mais les love hotels s’en sortent bien.
C’est quoi, un love hotel ? Disons qu’au Japon, beaucoup d’hommes sortent du boulot avec l’envie de se bourrer la gueule et de se divertir un peu. Peu importe avec qui l’on finit dans un lit, en couple ou avec une prostituée, il y a toujours un love hotel pour vous fournir une chambre prête à accueillir tous vos fantasmes. TOUS les fantasmes : le business grandit chaque année et se spécialise de plus en plus. On trouve désormais des jeux vidéo, des salles karaoké, des instruments de plaisir ou SM, des costumes, des salles dédiées à tous les fantasmes et fétichismes. Il existe même un love hotel Hello Kitty à Tokyo ! Preuve que les love hotels ont réussi à perdre leur mauvaise réputation pour devenir des business discrets, efficaces et populaires. Aujourdhui, il est très dur de trouver des chambres libres : les love hotels connaissent même un taux de remplissage qui dépasse les 100% en week-end, étant donné que l’on peut réserver une chambre pour quelques heures ou toute une nuit.
Il existe près de 25 000 love hotels au Japon, et plus de 90% des propriétaires en possèdent plusieurs, preuve que le domaine connaît un boom sans précédent. Dans un pays d’une telle densité de population, les love hotels donnent l’avantage aux couples de s’amuser un peu loin de la famille et aux cadres sups’ de prendre un peu de bon temps. Ce qui explique sans doute la différence avec l’Europe, où les bordels souffrent beaucoup plus de la crise.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail