La plus mauvaise description d’une scène de sexe revient cette année à Rowan Somerville

The Literary Review (une revue littéraire britannique) organise chaque année The Bad Sex in Fiction Award (traduisez par « le trophée du mauvais sexe en fiction ») qui récompense un auteur, ayant rédigé dans l’un de ses romans, un ou plusieurs passages à caractère sexuel « redondants, dépourvus de style ou de subtilité », l’objectif avoué des organisateurs étant de décourager les auteurs à s’engager dans cette voie…

Cette année, le prix a été décerné de justesse à Rowan Somerville pour son second roman The Shape of Her. Le jury a, en effet, craqué pour la phrase savoureuse de ce roman, dans laquelle il compare l’acte sexuel à l’activité d’un collectionneur d’insectes : « Tel un lépidopériste épinglant un insecte à la peau dure avec une pointe émoussée, il s’enfonça en elle. »

Métaphore qui lui a valu quand même l’insigne honneur de coiffer au poteau Tony Blair (rien que ça), Jonathan Franzen, Ian McEwan et Martin Amis, également en lice.

Ainsi, l’ex-premier ministre, qui avait été nominé pour la description, dans ses Mémoires, d’une nuit d’amour avec sa femme Cherie pour se consoler de la mort soudaine de John Smith (leader du Parti Travailliste) n’a pas été élu alors que tout le monde l’attendait sur ce coup là. Mais les membres du jury ont trouvé ce passage trop court pour mériter le prix. Ouf, sa réputation est sauvée (enfin presque) !!!

Il paraît que l’heureux gagnant a reçu son prix avec un flegme tout britannique… Souhaitons-lui une meilleure inspiration la prochaine fois qu’il parlera de sexe dans un de ses romans.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail