L’amour à la plage

« Et les yeux dans les yeux / Baisers et coquillages / Entre toi et l’eau bleue » : l’amour à la plage nous fait tous penser à cette chanson de Niagara qui a rythmé les meilleures soirées du Makumba, été 86. C’est également la grande époque du magazine Union, dans lequel les témoignages abondaient sur le sexe en vacances.
Pour ne pas demeurer cloîtré dans un nostalgisme vain, Union compte, vous le savez bien, une rubrique de témoignages diffusés depuis 2005. Et les expériences sexuelles sur le sable chaud ne manquent pas, la preuve :

  • On commence fort avec le témoignage de Carole sur son voyage de noces aux Antilles : « J’étais assise, les jambes légèrement écartées pour laisser deviner à mon homme le mini bikini rose qui cachait un petit minou tout épilé. Il n’a pas tardé pas à l’écarter en faisant glisser ses mains le long de mes cuisses dorées, et n’a pas été particulièrement surpris d’y trouver une humidité provocatrice. Alors que mes yeux continuaient leur lecture, mes jambes, elles, laissaient libre accès à mon intimité. Mon chéri a fait glisser mon maillot de bain à mes chevilles et m’a joyeusement léchée.« 
  • Suit l’histoire de Maryline, une femme en couple qui n’a pas peur de tenter les interdits en faisant l’amour sur la plage : « J’ai jeté un coup d’œil autour de nous, nous étions seuls. J’ai englouti cette queue qui me faisait tellement envie. Son gland salé était si agréable à sucer que je n’ai pas vu que du monde arrivait. Je ne m’en suis pas aperçue non plus quand il m’a pénétrée. J’étais tellement excitée que j’ai eu un orgasme très vite. C’est quand j’ai rejeté la tête en arrière que j’ai remarqué notre “public.
  • La plage, le soleil, les rochers, l’eau délicieusement fraîche et… Le magazine Union. « P’tit chat » sait savourer les plaisirs simples : « Il n’y avait que lui, moi, la mer et les plages rocheuses de ce lieu absolument magnifique. Le soleil était au rendez-vous et nous nous sommes éloignés du monde avec plaisir. Nous sommes passés par l’eau pour atteindre des endroits inaccessibles, et d’ailleurs interdits. Qu’est-ce qui pouvait être plus excitant ? Nous nous sommes installés sur cette plage sauvage et vide. Nous étions oh oui… enfin nus, enfin nous-mêmes. J’ai adoré l’exquise sensation procurée par la pierre toute chaude quand je m’y suis allongée nue. J’écoutais le bruit des vagues et je lisais un bon bouquin, puis j’ai commencé à me caresser en feuilletant Union.« 

Bonnes lectures ! Et si lire vous ennuie, restent les photos !

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail