Coupe du monde 2010, Afrique et virus du sida

La coupe du monde de football 2010 apportera son lot de joies et de déceptions, comme toutes les autres…
Mais cette édition est spéciale car c’est la première à être organisée en terre africaine. Et bien entendu, la question du sida est présente dans tous les esprits.
En effet, si cette manifestation doit être un moment de fête, elle doit également être l’occasion de se souvenir qu’une catastrophe sanitaire couve en Afrique et que ses conséquences en sont imminentes. Rappelons, en effet, que 18 % de la population Sud-africaine est séropositive.
Cette situation explique bien l’angoisse ressentie par les gouvernants de tous les pays occidentaux qui, bien que souhaitant vivement que leur équipe nationale rentre au pays la coupe entre les mains, ne veulent pas voir leurs supporters revenir porteurs de la maladie.
Triste réalité d’un problème de santé publique qui n’intéresse le reste du monde que lorsque ses ressortissants sont en contact direct avec le problème et qui le reste du temps, opte pour une politique de l’autruche, me semble-t-il, assez malvenue.
Le milliard de préservatif demandé en urgence par les autorités Sud-africaines est là pour protéger les étrangers et non pour venir en aide à la population locale.
Il y a malheureusement fort à parier que la situation sanitaire du continent noir ne préoccupera plus autant les gouvernements après le coup de sifflet final de la compétition…
Reste à noter que si la situation est désastreuse en Afrique du Sud, elle est une des moins alarmantes de l’Afrique subsaharienne qui compte, sur l’ensemble de sa population 67% des personnes qui ont été infectées par le virus du sida dans le monde.

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail