Au Koweït, porter un maillot de bain pourrait bientôt coûter la prison

Le Koweït, pays islamique conservateur, n’imposait jusqu’à présent aucune restriction vestimentaire aux femmes contrairement à son voisin le Soudan.
Cependant, cette liberté risque d’être réduite à peau de chagrin si les cinq députés islamistes koweïtiens obtiennent gain de cause auprès des commissions parlementaires, de la Chambre et du chef de l’Etat à leur proposition d’amendement du code civil sur la restriction des droits accordés aux femmes en matière vestimentaire.
Ainsi, ils souhaitent que soient appliquées une amende de 3.500 $ et une peine d’un an prison aux femmes qui se présenteraient en maillot de bain sur les plages, sur les îles ou aux bords des piscines. Ils souhaitent également que les femmes portant des décolletés « indécents » puissent également être punies par les mêmes peines.
En fait, cette proposition a de quoi surprendre quand on sait que les plages et les îles koweïtiennes sont fréquentées majoritairement par des hommes et que les rares femmes qui s’y baignent portent des vêtements ainsi qu’un voile.
Cependant, il est vrai que dans les lieux de baignade privés, les femmes portent plus volontiers le maillot de bain (on peut les comprendre, c’est quand même plus pratique pour faire trempette). La députée libérale Acil al-Awadhi a dénoncé cette proposition comme « une violation de la Constitution » et une mesure discriminatoire, se demandant pourquoi elle ne devrait pas s’appliquer également aux hommes en maillot de bain.
A quand la fin de la violation des droits des femmes, à quand la fin des violences faîtes aux femmes, à quand la fin du sexe faible

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail